Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques d'un desman

Réalisé par Philippe Le Guay et interprété par Fabrice Luchini (Serge), Lambert Wilson (Gauthier) et Maya Sansa (Francesca).

Alceste à bicyclette (Comédie dramatique, 2013)

Résumé

Ce qui se passerait si Lambert Wilson proposait à Fabrice Luchini de jouer "Le misanthrope" dans le rôle de Philinte...

Bon allez... Je consens à détailler :

Gauthier Valence : acteur très connu grâce à une série quelconque sur un neurochirurgien de l’extrême

Serge : également acteur mais "à la retraite" sur l’Île de Ré où celui-ci vit retiré du monde.

Gauthier revient chercher son vieil ami pour lui proposer de monter ensemble "Le misanthrope" de Molière. Il s’octroie le rôle d'Alceste, personnage principal de la pièce et délaisse le rôle de Philinte à Serge qui, amoureux des Art et de la Culture, ne l'entend pas de cette oreille.

S'ensuivent disputes et discussions pour arriver à un accord : chaque semaine de représentations, ils inverseront les rôles! Du jamais vu! Mais Serge joue la fine bouche et décide de prendre une semaine du temps de "la vedette" pour travailler ensemble les rôles et savoir s'il accepte ou non le projet.

Finalement, c'est une semaine bien chargée qui prend forme, principalement perturbée par l'arrivée, dans la vie de nos deux narcisses, de Francesca, une Italienne d'une quarantaine d'année.

Amour et travail ne font pas bon ménage, Francesca n'est pas tombée dans les bras qu'il fallait, et Alceste/Serge refuse finalement de collaborer.

Un fiasco que la première du "Misanthrope"...

"Moi, votre ami ? Rayez cela de vos papiers.

J’ai fait jusques ici, profession de l’être ;

Mais après ce qu’en vous, je viens de voir paraître,

Je vous déclare net, que je ne le suis plus,

Et ne veux nulle place en des cœurs corrompus." "Le misanthrope" Acte 1, Scène 1

Quand Gauthier supplie, Serge minaude...

Quand Gauthier supplie, Serge minaude...

Critique

Les acteurs = les personnages = leurs rôles : Oui mais...

Ce qui surprend de prime abord, c'est que si nous avions dû imaginer ces acteurs dans cette situation, de par l'image véhiculée par les médias ou leurs interviews, nous ne l'aurions pas vue différemment!

F. Luchini, quasi imbuvable, retranché du monde par son esprit et son comportement, et L. Wilson, plus "vedette" que grand acteur classique, plus proche aussi du public et de ses attentes.

Mais il y a aussi cette surprenante contiguïté avec les rôles qu'ils vont jouer dans la pièce!

Je ne vous apprendrais rien en vous disant que F. Luchini est un parfait Alceste et L. Wilson, un Philinte dans l'âme. Mais ce qui est plus étonnant, c'est que ce film nous ouvre les yeux sur la réalité de ces personnages!

Alceste, le misanthrope de Molière, est en fait un optimiste qui espère au fond que ses brimades à son entourage va permettre une prise de conscience et un changement profond. Philinte, lui, n'a plus cette attente et, pessimiste, est décidé à suivre les règles sans les remettre en question!

Ainsi donc, nous voyons nos idées préconçues, presque des clichés déjà, voler en éclat au fur et à mesure de l'avancée du film.

L'avancée du film : deux personnages qui se cherchent et se répondent...mais n'évoluent pas!

Serge et Gauthier sont deux opposés, tant dans leur vie que leurs caractères. Cela pourrait permettre, à mesure de leurs répétitions et de leurs changements de rôle, qu'ils avancent sur leurs positions, cherchent un nouvel équilibre.

Et pourtant ce n'est pas le cas!

Serge est comme un petit prince un peu "dark" : il semble avoir tout compris de la Vie mais du coup il la fuit et ne s'autorise pas à laisser entrer l'imprévu et ne veut laisser personne bousculer sa vie, qui se résume à ce stade à ses habitudes!

Gauthier lui est vivant, il s'implique dans sa/la Vie! C'est presque touchant de le voir s'accrocher durant une bonne partie du film et essayer de faire bouger son ami. Puis c'est un peu triste de (le voir) prendre conscience que rien ne bougera ainsi...

Les seconds rôles : la bouffée d'air frais du spectateur... et des protagonistes!

Parce que oui, ces deux superbes acteurs, sans ces seconds rôles, nous entraînaient dans un tourbillon de considérations sur le jeu d'acteur et le théâtre classique!

C'est alors au tour de Francesca et d'un désagréable chauffeur de taxi de faire bouger les personnages et leur permettre de se révéler : Serge, sage et grand romantique un brin sadique, et Gauthier, coléreux inhibé un peu mégalo mais toujours touchant.

Une histoire simple comme il en faut toujours pour révéler l'être profond qui se cache en nous, deux acteurs brillants qui réussissent le tour de force de sublimer des rôles qui semblaient pourtant leur coller à la peau, des seconds rôles qui n'ont rien de superflu...

Il n'en faut pas plus pour faire un film que l'on a envie de revoir de suite pour en comprendre mieux les subtilités, tenants et aboutissants.

Alceste à bicyclette (Comédie dramatique, 2013)Alceste à bicyclette (Comédie dramatique, 2013)

Marie-Amandine Fouqué -

commentaires

Odile 11/02/2014 10:09

magnifique analyse!
je suis tombée sous le charme de ce film et trouve vraiment très pertinent votre analyse!
beau travail, belle synthèse..

et oui j'ai aussi hâte de le revoir!

Critiques de cinéma

Catégories

Hébergé par Overblog