Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques d'un desman

Réalisé par Sophie Lellouche et interprété par Alice Taglioni (Alice), Patrick Bruel (Victor),Marine Delterme (Hélène), Michel Aumont (père) et Marie-Christine Adam (mère).

Paris Manhattan (Comédie romantique, 2012)

Résumé

Alice Ovitz, pharmacienne, passionnée de Woody Allen.

« C'est votre maximum... ? » Alice Ovitz

Alice Ovitz, pharmacienne pour prendre la suite de son père, passionnée de Woody Allen avec qui elle se sent des affinités singulières.

« C'est votre maximum... ? » A. O.

Alice Ovitz, qui croit connaître la vie grâce à une interprétation très personnelle des films de Woody Allen, apprends à ses dépens qu'une vie sans histoire n'existe pas et que la banalité n'est pas de ce monde grâce aux lumières d'un homme qu'elle n'avait pas su voir.

« C'est votre maximum... ? » A. O.

« Paris-Manhattan » ou l'histoire de cette jeune femme trop occupée à chercher l'ordinaire pour s’apercevoir qu'elle s'était interdite de Vivre.

Paris Manhattan (Comédie romantique, 2012)Paris Manhattan (Comédie romantique, 2012)

Critique

De quel genre est ce film... ?

Permettez plusieurs remarques :

Le résumé laisse soupçonner un brin de déjà vu et d'amour à l'eau de rose... Comédie romantique ?

La mise en scène et le scénario très complet, laissant la part belle à l'histoire et au jeu des acteurs... Cinéma d'auteur ?

L'histoire, du point de vue du personnage principal, laisse plutôt le goût amer de la vie... Drame ?

La forte présence de Woody Allen durant tout le film...Un hommage cinématographique et personnel ?

Ce film est décidément bien difficile à caractériser. C'est aussi ce qui fait son charme !

Une histoire simple... ?

On ne cherche pas ici à nous embarquer dans une histoire déjà vue, déjà écrite ou trop pensée mais plutôt dans la vie d'une personne comme vous et moi, avec ses failles et ses lubies, en qui chacun peut se retrouver.

Mais cette vie nous fait aussi réfléchir sur la nôtre.

Ces membres d'une famille bien sous tous rapports, qui masquent leurs véritables besoins et envies, se cachent sous des faux-semblants, pour ne pas perdre leur individualité sans chercher à blesser ceux qui leur sont chers.

La famille : conciliatrice ou destructrice ?

Et oui, encore un film ou l'on aborde toute la complexité du lien familial : on s'aime, on se déchire, on se quitte, on ne se lâche plus, on cache !

Que la réalisatrice ait choisi de partir sur la base d'une famille juive n'enlève rien à l'universalité du message qui est transmis : l'amour ne fait pas tout, l'être humain reste individuel et unique, mais c'est lui qui permet tout !

L’Amour ou ce que l'on appellerait la recherche du « bon » !

En effet, notre héroïne est ici confrontée à la plus grande question jamais posée : lequel est le bon ?

Face à elle, deux hommes que tout oppose : l'homme « parfait », beau gentil riche « stable », et l'homme « imparfait » ou normal. Mais comme il est si bien dit dans le film, lorsque l'on parle d'un homme comme d'un Dieu, ici notre homme parfait, alors méfiance ! Car un Dieu n'Aime pas, il se laisse aimer !

C'est cette confrontation qui va enfin lui permettre d'entrer dans le monde des « adultes ».

Alice...

Alice ne peut pas être un prénom hasardeux : Alice de Woody Allen bien sûr mais l'on pense aussi à Alice au pays des merveilles...

Loin de moi l'idée de la bonne morale mais voilà : l'on voit bien ici le passage d'Alice du monde « parfait » de l'enfance et de l'insouciance, à la réalité du monde adulte.

Du moment où l'on voit les choses en noir et blanc jusqu'au moment où tout prend une teinte particulière et où ce que l'on croyait n'est plus qu'un ancien cliché.

Voilà donc quelques points sur ce film...Qui m'aura donné pas mal de fils à retordre !

Ce film, qui semble si léger, insouciant peut-être même, si l'on y prend pas garde, se révèle si plein de complexité et de profondeur que l'on s'y perd !

En sortant du film, on se sent bien et tellement libre. Mais tellement de thèmes y sont abordés, tellement d'idées méritent d'être creusées par chacun dans sa vie, que ce film nous ramène à nous, notre histoire, nos failles et surtout nos zones d'ombre.

Le résultat est un film à revoir mais avec précaution!

Paris Manhattan (Comédie romantique, 2012)Paris Manhattan (Comédie romantique, 2012)

Marie-Amandine Fouqué -

commentaires

Critiques de cinéma

Catégories

Hébergé par Overblog