Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques d'un desman

Réalisé par Walter Sales et interprété par Garrett Hedlund (Dean Moriarty), Sam Riley (Sal Paradise), Kristen Stewart (Marylou) et Kirsten Dunst (Camille).

Sur la route (Drame, 2012)

Résumé

« Les seuls qui m'intéressent sont les fous furieux, ceux qui ont la fureur de vivre, la fureur de dire, ceux qui veulent tout en même temps, ceux qui ne baillent jamais et ne profèrent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent, brûlent comme des chandelles romaines dans la nuit. »

Drogues Littérature Désespoir Absence Intelligence Perte Loyauté Liberté Folie Guitare Filles Route Voyage Sexe Fureur de vivre Alcool Musique afro-américaine Découvertes Amitiés Souffrances

« Je les ai suivi en traînant les pieds comme je l'ai toujours fait quand les gens m'intéressent. »

Sur la route (Drame, 2012)

Critique

Sexe, drogues et...blues : Un film sous ecstasy !

Le moins que l'on puisse dire c'est que le sexe et les drogues coulent à flots ! Mais pas de rock'n roll ici !

Trop de drogues, d'alcools, de filles, d'idées foireuses... Trop de tout pour un film qui vous suspend le temps... Et votre estomac ! Du saxo, de la guitare, surtout de la musique afro-américaine et un peu de samba sont ajoutés ici pour accentuer un effet d’apesanteur perpétuel.

On se sent proche des protagonistes par cet état de malaise qu'ils ont l'air d'eux-même ressentir.

La contrainte de la liberté

Les personnages dépeints ici sont libres de pensées et de mouvements... Cependant, un malaise permanent règne car sous cet effet de totale inertie, cette vie en roue libre, ils sont toujours contraints. Contraints d'en faire toujours plus, d'aller plus loin, de repousser les limites sous peine de se perdre totalement dans un monde en perpétuelle transformation.

La jubilation dans la souffrance : Fureur de vivre... Ou d'oublier ?

La douleur ressentie par ces caractères fait toujours pleinement partie de leurs jouissances. De la gueule de bois aux séparations, de l'amitié déchue à l'amour déçu. Tout participe à leur soif de liberté et d'aventure, conscients de leur souffrance mais inconscients des risques.

L'on ne sait finalement plus s'ils cherchent leur Vie ou la fuient perpétuellement !

Folie ou sur-intelligence ?

Vivre à fond, sans jamais se préoccuper des autres mais sans jamais rien faire non plus (exprès) pour les blesser...La folie côtoie l'intelligence ! La drogue comme moyen d'écrire, les filles se mêlant à la littérature (« Du coté de chez Swan » comme livre de chevet), des poèmes vantant l'amour ou la luxure... On ne sait plus où sont les frontières... Tout comme sur les routes qu'ils sillonnent à n'en plus finir !

Le fil conducteur : la route !

Cela semble une évidence, ça ne l'est pas ! La route se déroule tel un serpent édénien, à la fois tentateur, provocateur, mais aussi fourbe et toujours prêt à vous prendre au piège !

Et ils le sont ! Pris aux pièges des espoirs vains et de l'ivresse qui jamais ne dure !

Plans larges ou très serrés : Comment passer de l'Histoire à l'histoire...

...Ou du paysage à l'intime. Trop larges ou trop serrés, ces plans contribuent à la reddition totale et sans compromis du spectateur, tant dans l'histoire personnelle des personnages que dans la compréhension de la génération qui les a façonnée. Les plans larges montrant cette route infinie et ses paysages grandioses, les plans serrés qui laissent ressentir pleinement l'émotion et les sensations de ces caractères entiers et sans limites.

Trop long ou trop court : Les quelques maladresses d'un scénario complexe

Soit la fin est trop rapide, soit le reste aurait pu être raccourci. Le scénario est complexe, les personnages aussi et ce film semblent s'adresser aux amateurs invétérés de voyages plus qu'à de simples spectateurs.

En tout cas, après avoir mis par tous les moyens le spectateur en constante suspension, la chute est brutale et l'on ressorts nauséeux avec une sensation désagréable de gueule de bois !

Cependant, cette sensation laisse rapidement place à une réflexion profonde sur notre comportement face à la vie et aux obstacles que l'on rencontre :

Sommes-nous meneurs ou suiveurs ? Croquons-nous la vie sans nous soucier des autres ou sommes-nous dans l'attente que ceux-ci nous portent et nous mènent au-delà de nos capacités ? Créons-nous nos envies ou captons-nous celles des autres ? Des questions parfois intimes, parfois même gênantes, mais qui définissent finalement notre propre conception de la Vie et de ce que l'on peut en attendre !

Sur la route (Drame, 2012)

Marie-Amandine Fouqué -

commentaires

Critiques de cinéma

Catégories

Hébergé par Overblog